d

Feugiat pretium nibh ipsum consequat nisl velavida trum quisque non tellus orci rudor ellus mauris a diam maecenas arcu.

Tel: +(123) 456 7890

contact@theme.com

620 Eighth Avenue, New York

mySofie

 - Pros, insurtech  - Les Français sont officiellement « mobile first »

Les Français sont officiellement « mobile first »

Pour la première fois, le taux d’équipement en smartphone de la population française dépasse désormais celui de l’ordinateur selon l’édition 2019 du Baromètres du numérique de l’Arcep.

8 Français sur 10 utilisent leur smartphone quotidiennement. C’est même l’équipement privilégié pour se connecter à internet pour plus de 50% des personnes interrogées (+9 points en 2 ans !) là où l’ordinateur perd 7 points (30%).

Plus intéressant : le poste fixe disparaît totalement de plus en plus de foyers. Pour beaucoup, le smartphone est désormais l’unique porte d’entrée à tout un pan de notre vie personnelle, familiale et professionnelle – incluant la santé. Disposer d’une interface mobile accessible quand on veut rendre un service courant est devenu un point de passage obligé.

Les raisons et les populations moteurs de ce changement sont plus diverses qu’on ne croit. La substitution de l’ordinateur par le smartphone est particulièrement marquée

– chez les moins de 40 ans, par praticité et aisance technologique (leur taux d’équipement dépasse 95%),

– mais aussi chez les personnes aux revenus les plus faibles, par choix économique : quand le multi-équipement n’est pas une option, c’est le mobile qui l’emporte…

Alors pratique, utile et économique ? Évidemment pas pour tout le monde. Quand il s’agit de s’intéresser aux populations en difficulté face au numérique, l’âge joue un rôle important. Pas tant pour les « boomers » (50-69 ans) qui rattrapent leur retard à grands pas – 70% déclarent désormais avoir un compte Facebook contre 50% en 2017.

Mais plutôt pour les personnes âgées de 70 ans et plus, équipées à 44% seulement en smartphones (+14 points quand même en deux ans). Autre barrière : l’illectronisme ; une personne sur six rencontre des difficultés lorsqu’il s’agit de passer un appel ou d’envoyer un SMS.

Or dans ces situations, le premier réflexe est de demander de l’aide, et notamment à un(e) proche (35%). Pouvoir partager les outils, échanger avec ses proches en regardant la même information est devenu une condition d’accès. Une notion de « partage familial » que mySofie intègre d’emblée en permettant en quelques gestes d’ajouter à son suivi l’assurance santé d’un parent, d’un enfant ou d’un conjoint et de lui faire bénéficier de tous les services de l’application  (analyse budgétaire, suivi des remboursements, téléconsultation…).