d

Feugiat pretium nibh ipsum consequat nisl velavida trum quisque non tellus orci rudor ellus mauris a diam maecenas arcu.

Tel: +(123) 456 7890

contact@theme.com

620 Eighth Avenue, New York

mySofie

 - Pros, insurtech  - La Customer Lifetime Value (CLV) façon mySofie

La Customer Lifetime Value (CLV) façon mySofie

Alors que la résiliation à tout moment se profile, que la fin d’année annonce pour certains un changement d’assureur, et que la période actuelle est porteuse de son lot de bouleversements dans les situations personnelles et professionnelles, comment créer de la stabilité dans la relation des Français à leur assurance santé ?

Avec mySofie, rien ne change quand tout change. La puissance du moteur d’agrégation que nous avons développé permet aujourd’hui de connecter près de 200 organismes à l’application. Utile pour consolider sa tribu : famille, enfants, parents, proches aidés… et disposer d’une synthèse à tout moment.

Mais la grande force de ce suivi est aussi de réparer les discontinuités temporelles : aujourd’hui, changer d’assurance santé est synonyme de changement d’espace client, d’application, et de perte de l’historique des soins précédents.

Une époque révolue avec mySofie, où brancher ou débrancher un organisme se fait en quelques gestes, tout en conservant la même interface, les mêmes habitudes et surtout en continuant à consolider son historique de soins.

Autrement dit : la relation construite avec mySofie est faite pour durer. Accéder aux informations de sa couverture santé de façon centralisée et continue change les règles du jeu. C’est soudain la même histoire qui est racontée : celle de la vie de nos utilisateurs. Leur compréhension s’en trouve approfondie, leurs exigences grandies – et les opportunités pour y répondre se multiplient.

En « réparant » les discontinuités de la vie d’un assuré, mySofie fait changer la sacro-sainte Customer Lifetime Value (CLV) de dimension. Un levier dans lequel les assureurs chinois investissent déjà. Il s’agit bien d’augmenter la valeur livrée – quand certaines institutions envisagent plutôt d’augmenter les coûts