Estelle

23 Sep, 2021

Santé et phobie adminstrative, mySofie décrypte vos comportements

Phobie ad

Partager l’article 

Français, santé et phobie administrative, mySofie décrypte vos comportements.

 

● 1/3 des Français a le sentiment de mal connaître ses droits de couverture santé
● 42% des répondants pensent que le système de santé français est trop compliqué
● 1/3 des sondés se disent atteints de phobie administrative
● 8 Français sur 10 déclarent savoir leur numéro de Sécurité sociale par cœur

La santé est, depuis un an et demi, plus que jamais au cœur de toutes les préoccupations et débats.  Si la France jouit d’un système qui permet théoriquement un accès facile aux soins, la pratique reste  discutable pour une partie de la population tant l’aspect administratif peut être compliqué. C’est en tout cas ce que révèle l’étude « Les Français et la gestion administrative de leur santé »,  réalisée en partenariat avec OpinionWay. 

 

Un système de santé jugé trop compliqué pour beaucoup !

 

  • 42% des répondants estiment en effet que le système de santé français est difficile à  comprendre, et que le suivi administratif des soins est laborieux (43%).  

Plus inquiétant encore, plus d’un tiers de la population (34%) a le sentiment de mal connaître ses  droits et les soins couverts par l’Assurance Maladie ou sa mutuelle. Un manque de clarté qui touche  plus frontalement les 18 – 24 ans dont 44% s’estiment mal renseignés. 

Pour pallier la complexité du système, la majorité (81%) a jugé bon de s’organiser. La première étape pour ne rien oublier reste de classer tous les documents liés aux soins, un réflexe  partagé par près de 9 Français sur 10 (88%). De même, plus de ¾ des Français (77%) pensent à  vérifier systématiquement la bonne réception de leurs remboursements.  

À force de répéter ces démarches, 80% des personnes interrogées déclarent ainsi connaître par  cœur leur numéro de Sécurité sociale, dont 93% des plus de 65 ans quand les jeunes de 18 à 25 ans  semblent moins concernés. En effet, 57% d’être eux affirment connaitre leur numéro de Sécu.  Ils sont cependant plus à l’aise avec la gestion digitalisée, puisque 64% des moins de 35 ans suivent  leur santé principalement en ligne contre 56% de la population globale. 

 

Qui gère la santé du foyer ?

 

  • Pour ce qui est de la répartition des tâches, 81% des Français s’occupent eux-mêmes de la  majorité des démarches de santé de leur foyer, tandis que 10% laissent leur conjoint s’en  charger et 5% s’en remettent à leurs parents. 

De nouveau, les plus jeunes sont de très loin les moins autonomes : 66% des personnes âgées de  moins de 35 ans gèrent la majorité de leurs démarches de santé elles-mêmes et 18% demandent  l’aide de leurs parents. 

Bien souvent, les individus responsables de leurs démarches de santé le deviennent aussi pour leurs  proches. Ainsi, 28% se chargent des tâches de leur conjoint, 12% de celles de leurs enfants mineurs,  6% de leurs enfants majeurs et 6% de celles de leurs parents âgés.  

Héritage du modèle patriarcal, les femmes sont toujours plus nombreuses que les hommes à  s’occuper de la santé de leurs enfants, qu’ils soient mineurs (16% contre 7%) ou majeurs (7% contre  4%). 

 

La complexité administrative, une spécialité française !

 

  • Même si les Français s’organisent, le suivi administratif de leur santé n’en demeure pas  moins une tache pénible pour beaucoup d’entre eux.  

Tout particulièrement pour les 18-24 ans, dont la moitié (49%) place les démarches liées à leur  santé en tête des tâches les plus désagréables. 

Pour le reste de la population, celles-ci n’arrivent, en termes de pénibilité, qu’à la troisième place,  derrière les impôts 41% et le renouvellement des papiers d’identité (32%). 

Et s’il y a bien un point qui met 86% de la population d’accord, c’est que notre pays compte trop  de démarches administratives, tous secteurs confondus, notamment car elles prennent trop de  temps pour 45% des répondants. Ils sont donc tout naturellement plus d’un tiers (36%) à repousser  régulièrement ces démarches et 29% à se déclarer atteint d’une véritable phobie administrative.  

Bien sûr, tout le monde n’est pas égal face aux problèmes administratifs. Les parents d’enfants  mineurs, déjà accaparés par la gestion quotidienne de leur foyer, ont donc naturellement plus de  difficultés à s’atteler à ces tâches : 61% déclarent y consacrer trop de temps (contre 38% des  personnes sans enfant à charge), 44% procrastinent et 40% les redoutent au point d’éprouver une  phobie administrative. 

Idem pour les moins de 35 ans qui, à l’heure de l’ultra-digitalisation, sont particulièrement agacés  par l’administratif qui représente une perte de temps pour 61% d’entre eux. La moitié repousse elle  aussi ses démarches au lendemain et 43% d’entre eux vont jusqu’à parler de phobie administrative. 

 

Le mot de Philippe Baranski, co-fondateur de mySofie

 

« Cette étude est très révélatrice de la façon dont les français bénéficient de l’offre de soins en  France. Peu importe la génération, il est  évident que le financement du système de santé a besoin de plus de transparence et doit tendre vers  la simplification. Nos ainées s’y sont habitués bon gré mal gré, mais pour les jeunes générations,  c’est aussi une question de santé publique. Car lorsqu’on ignore son offre de soins, que l’on ne  comprend pas le système de remboursement ou que l’on fuit l’administratif, c’est potentiellement sa  santé que l’on met en jeu par négligence. Il est de notre responsabilité d’accompagner les jeunes  générations dans ce domaine. »

 

Populaires en ce moment